Éirinn go Bràch!

Processed with VSCOcam with a8 presetMalgré le trop de vert, le trop de bières, les farfadets fous, la déco en plastique produite en Asie qui en agace certains et le froid humide qui glace souvent les veines ce jour-là, la St-Patrick m’inspire toujours un moment de recueillement.

Le 17 mars se veut un moment d’arrêt pour penser à ceux et de celles qui sont partis de l’Eire, souvent très démunis, tristes de quitter leur île, leurs familles, leurs vies,  avec le seul espoir d’offrir à leurs descendants une existence plus heureuse et sereine.

Mary-Ann Lanigan (St-Amour)

Je leur dois une partie de ce que je suis, un héritage souvent douloureux, dont l’âpreté est indéniablement inscrite dans mes gènes, dans ma culture, dans mon tempérament aussi.

Je n’ai jamais vu l’Irlande, sauf d’un hublot d’avion, que de petits carrés verts soudés l’un contre l’autre, posés dans la mer, comme un écrin émeraude sur un tissu bleu. Quelques fois dans mes rêves, l’Irlande sent le pain chaud et la viande braisée.

À ma grand-mère et à ses ancêtres, je leur dis merci.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s